Quelques semaines avant la sortie de Splice réalisé par Vincenzo Natali, Delphine Chaneac se livre à 01casting.com. Une actualité bien chargée pour la jeune actrice qui publie également un livre “Ce qu’il reste de moi”. Un peu de hasard et beaucoup de culot, tels sont les ingrédients qui l’ont menée aujourd’hui au top de sa carrière.

DELPHINE CHANEAC2
Tu as commencé jeune, un rêve ou un hasard?

J’ai toujours voulu faire ça. Gamine, j’embêtais tout le monde en disant que je serai cantactrice ou actrice. J’ai toujours été inspirée là dedans, pourtant j’habitais un petit village paumé dans le sud où l’on n’avait accès à rien. Mais j’étais passionnée.



Tu es alors montée à Paris?

Oui, vers quinze ans avec ma famille. Un jour, je me baladais sur les Champs-Élysées, avec mon père lorsqu’un directeur de l’agence “Success” vient nous voir et dit “on aimerait booker votre fille dans une agence”. Je panique en me disant que c’est bizarre. À ce moment, mon père me dit “tu n’es qu’une incapable, tu ne vas pas le faire” alors je réponds “bien sûr que si je vais le faire”. Très vite je décroche un contrat pour une pub aux États-Unis.


Comment as-tu géré ce changement de vie, si jeune?