Mot clé - hommage

Fil des billets

mercredi 13 août 2008

Les J.O. de Mexico de 1968 (2)

Je trouve éloquent cet exemple de bravoure.

Hier (il y a 40 ans) ces hommes ont tout perdu pour avoir osé défier la loi du silence. Affirmer qu'ils étaient différents non parce qu'ils étaient noirs, mais parce qu'ils refusaient de se taire. Car se taire, monter sur le podium chaussés et la tête haute, c'était se plier aux règles d'un establishment sportif (économique) qui cautionnait une politique répressive et raciste.

Le sport n'est donc pas en cause, pas plus qu'il ne l'était en 68. Mais le sport est-il innocent?

Pour moi c'est là que réside la question essentielle. De nombreux sportifs ont affirmé leur profonde désapprobation de la politique chinoise... Puis ils ont expliqué que le sport se devait de rester neutre. En d'autres termes ils ont signifié qu'ils ne pouvaient mettre en danger leur carrière pour cette cause. Certes, Tommie Smith et John Carlos étaient DIRECTEMENT concernés par les faits qu'ils dénonçaient.

Aujourd'hui, que se passerait-il si un sportif de si haut niveau, fut-il noir, blanc ou violet, s'illustrait ainsi contre la politique chinoise? J'avoue mon ignorance, son attitude serait-elle sanctionnée aussi durement? Et quelque part, le jeu en vaut-il la chandelle?

Bien sûr, je vous entends tous (je me le dis moi-même) : La liberté de parole et d'acte des chinois, tout comme le droit à exister des Tibétains, ne sont pas des chandelles.

Mais cela concerne-t-il TOUS les sportifs des jeux plus que cela NOUS concerne nous qui achetons mult produits made in china? Je livre mes réflexions sans préjugé de décision : c'est une vraie question. J'étais offusquée de ces jeux et de la nonchalance des champions car je me dis opposée à la politique chinoise. Je suis même abonnée à la newsletter de "Tibetinfo" c'est vous dire... Mais je continue d'acheter et même j'ai admiré la cérémonie d'ouverture. Je suis restée interloquée devant la rigueur autant que la beauté de la représentation.

Disons tout de même que si les chefs de gouvernement ne font rien, ils peuvent arguer de protéger l'économie nationale. Quant aux sportifs, ils ne protègent que leur compte en banque. Tout comme moi je simplifie ma vie en achetant "Dora" à ma nièce et des jouets moins chers à mon fils...

Mon beau-frère me dit que nous n'avons pas plus le droit d'ingérance chez ces barbares de Chine que nous ne l'avons aux USA.

Bof. Je ne sais plus quoi penser.

Les JO de Mexico 68

JOTommie Smith et John Carlos, qui remportèrent respectivement la médaille d'or et la médaille de bronze du 200 mètres, sont montés sur le podium, tête baissée sans baskets en levant leur poing ganté de noir, afin de dénoncer la discrimination raciale qui sévissait alors aux Etats-Unis d'Amérique. Tommie Smith faisait partie des Black Panters et John Carlos représentait l'unité des Noirs américains. « Nous ne sommes pas les braves garçons, ni de braves animaux que l'on récompense avec des cacahuètes. Si les gens ne s'intéressent pas à ce que les Noirs pensent en temps normal, qu'ils ne viennent pas voir les Noirs courir en public...Ce geste peut servir à montrer à un jeune qu'il n'a pas à attendre l'âge de la retraite pour marquer le monde de son empreinte ». John Carlos



« L'Amérique blanche ne nous reconnaît que comme champions... » Tommie Smith

Ces actes mémorables eurent des conséquences irréversibles dans leurs vies: exclus des Jeux Olympiques, interdits de compétition, ces athlètes n'éprouveront aucun regret, ni remords pour le geste qu'ils ont fait.

Devenus des légendes dans le monde noir, ils seront toujours vu comme des modèles de courage et de détermination pour tous ceux qui veulent s'élever contre l'injustice et l'oppression.

lundi 4 décembre 2006

Philippe Noiret

Un grand homme nous a quitté le 23 novembre 2006, à l'âge de 76 ans. On a adoré ses films, on vous laisse découvrir sa vie...

Lire la suite...