Mot clé - festival de Cannes

Fil des billets

mercredi 22 décembre 2010

Le cinéma français se mobilise contre la nouvelle arrestation du cinéaste iranien Jafar Panahi !

Le cinéaste iranien Jafar Panahi a été condamné à six ans de prison et la justice lui a interdit de réaliser des films ou de quitter le pays pendant les vingt prochaines années, a annoncé son avocat lundi.
Jafar-Panahi.jpg «Jafar Panahi a été condamné à six ans de prison pour participation à des rassemblements et pour propagande contre le régime», a dit son avocat Farideh Gheirat, selon des propos rapportés par l'agence de presse Isna.

Il a récemment été invité comme juré à la Berlinale du 10 au 20 février, comme il l'avait été en mai dernier par le Festival de Cannes. Ce dernier avait gardé, symboliquement, sa chaise vide au moment des cérémonies d'ouverture et de clôture qu'il avait été empêché de rejoindre.

Le monde du cinéma et les intellectuels français ont sonné la mobilisation générale lundi soir à l’annonce de la nouvelle condamnation du cinéaste iranien. Selon le philosophe Bernard-Henri Lévy, le réalisateur a été condamné «sur le soupçon d’avoir l’intention de réaliser un film sur le mouvement vert (l’opposition lors de l’élection présidentielle en 2009). Son seul crime est d’avoir soutenu (Mir Hossein) Moussavi», le candidat de l’opposition, a-t-il dit à l’AFP.

Pendant son séjour en prison, M. Panahi avait entamé une grève de la faim pour protester contre ses conditions de détention et réclamer une libération sous caution.

M. Panahi, connu pour ses critiques sociales grinçantes, a notamment reçu le Lion d'or à la Mostra de Venise en 2000 pour "Le cercle" et l'Ours d'argent à la Berlinale en 2006 pour "Hors-jeu".
Il a été primé deux fois à Cannes ("Le ballon blanc", Prix de la Caméra d'or 1995, et l'"Or pourpre", Prix du Jury-Un Certain Regard en 2000), où son siège de juré avait été symboliquement laissé vide lors de la cérémonie d'ouverture du festival en mai dernier.

De nombreuses voix s'étaient élevées à l'étranger comme en Iran pour protester contre son arrestation, notamment celles de Steven Spielberg, Martin Scorcese, Ang Lee, Oliver Stone.

source

lundi 29 novembre 2010

CARAMEL : un premier long-métrage plein d'espoir!

Hier soir sur nos petits écrans, il y avait, pour ceux qui auraient réussi à passer à coté, le fameux "Bienvenue chez les chtits"de Dany Boon. Ce fut encore une fois un carton d'audience : 14 400 .000 personnes, soit 51.0% de parts de marché ! Cependant, pour ceux qui voulaient se démarquer en passant une soirée un peu plus intellectuelle il y avait également le premier long-métrage d'une jeune réalisatrice Libanaise, Nadine Labaki.

Une comédie dramatique mélangeant lyrisme et humour sur le quotidien d'un institut de beauté de Beyrouth. Un vrai régal, servi par une photographie soignée, récompensé au festival de Canne 2007.

jeudi 19 mars 2009

CASTING CANNES STARLETTE 2009

cannes_starlettes-1.jpg L'Association Mémoires Cannoises du Festival International du Film de Cannes et la Société HCC Production organisent la seconde édition de Cannes Starlettes, élection Officielle de Starlettes à Cannes, à l'occasion du 62eme Festival International du Film de Cannes (13 au 24 Mai 2009).


Lire la suite...

jeudi 28 août 2008

DELPHINE CHANEAC : L’actrice qui monte…

Après « Brice de Nice », « Laura » sur M6, la jolie brune vient de tourner une superproduction américaine : Splice de Vincenzo Natali.

chaneacdelphineRetour sur une carrière débutée très jeune et qui chemine vers le haut

Après des débuts en tant que mannequin, très jeune et « un peu par hasard » (repérée sur les Champs Elysées avec son père alors qu’elle n’était encore qu’adolescente), c’est tout naturellement que Delphine abandonne son envie d’être jockey tant le cinéma s’impose comme une passion.
De petits rôles en petits rôles, c’est finalement assez rapidement que la jeune femme parvient à se faire une place dans le milieu. A force de travail et de persévérance, Delphine Chaneac décroche un rôle remarqué dans le thriller en 3x26 minutes Madame Hollywood d’Olivier Abbou diffusé sur Canal plus.
De là, tout s’enchaîne, Brice de Nice lui a offert une notoriété, et son visage devient familier pour le public français. C’est après le film qu’on lui propose le premier rôle de la série de l’été sur M6 en 2007 : Laura , qu’elle incarne avec brio.

La nuit, mon père me parle

lanuitmonperemeparleDelphine est une battante. Elle l’a prouvé encore dernièrement en décrochant le rôle d’une créature mythique moitié femme, moitié animal. La "petite française" n’a pas hésité une seule seconde à sacrifier sa chevelure pour jouer aux côtés d’Adrian Brody (rien que ça !) et Sarah Polley. Mais la persévérance dont elle fait preuve cache également une rage, une souffrance incurable : celle de la perte de son père en 2006. Une douleur presque insurmontable qui la pousse aujourd’hui à aller au bout, à se battre, pour lui, pour sa famille et pour elle. La jeune actrice possède d’ailleurs d’autres talents puisqu’elle a écrit un livre poignant : « La nuit, mon père me parle » à sa mémoire.

Une force venue d’ailleurs ?

Le titre du livre nous amène vers ce que l’on peut appeler le « don » fascinant de l’actrice. Au fil des pages, elle nous révèle cet accès vers l’au-delà qui la captive mais ne lui fait pas peur. Des faits incroyables qui marquent sa vie mais qui pour autant ne font pas d’elle « une voyante ou une medium ». Delphine Chaneac ne cultive rien, elle cherche simplement la transparence dans ce livre qui représente sa thérapie à elle.

Aujourd’hui Delphine semble épanouie et a opté pour la vie à 200 à l’heure. Elle travaille également sur un album en collaboration avec Cali.

Bref, Quand s’arrêtera-t-elle ? A en croire sa volonté.. la réponse paraît évidente : jamais !


Delphine Chaneac dans le petit journal Cannois

Le petit journal cannois prend la pose avec la jeune comédienne en vue, Delphine Chaneac.
Elle est belle de jour et belle de nuit. On a recueilli ses confidences sous la lune le soir de son arrivée à Cannes.

(crédits photos Karine Belouaar)

mardi 4 mars 2008

LES TOILETTES DU PAPE

les toilettes du papeSÉLECTION OFFICIELLE UN CERTAIN REGARD AU FESTIVAL DE CANNES

Pierre Grise Distribution, Laroux Ciné, O2 et Chaya Films présentent :
Meilleur scénario, meilleur acteur, meilleure actrice, prix du public : GRAMADO - Prix Horizontes : SAN SEBASTIAN - meilleur scénario, HUELVA - meilleur film, meilleur acteur : CARTHAGENE - meilleur film : QUITO - meilleur acteur : SAN LUIS - meilleur film hispano-américain, meilleur acteur : BRESIL - Prix de la critique internationale : LA HAVANE

Un film de Enrique Fernández et César Charlone
2007 - Uruguay / Brésil / France – 35mm – couleur – 1h35 – Dolby SRD

SORTIE LE 19 MARS 2008

Voir LE DOSSIER DE PRESSE

Lire la suite...