Je me lance donc dans le film avec de grandes attentes (peut-être trop). Je ne m'attendais pas vraiment à ça... Je me suis endormie une première fois, après 45 minutes de film. Obligée de me relancer dedans après être enfin sortie de ma torpeur, je suis maintenant sceptique quand au degré d'angoisse promis.

FamilyEt c'est long, très long à enfin démarrer. Il ne se passe rien pendant la majeure partie du film et il faut attendre la dernière demie heure pour voir un peu d'action.

Les personnages sans psychologie discutent à l'infini de choses sans intérêt, le scénario (qui apparemment ne tient que sur une page) manque de richesse, d'histoire. Quand enfin on rencontre la famille de Leatherface, l'horreur est suggérée, rien n'est montré. C'est ce qui apparemment ferait la force du film : la suggestion de l'horreur. Mais la suggestion, c'est réservé aux metteurs en scène talentueux qui savent faire les bons cadrages, qui savent diriger les regards pour surprendre, émouvoir, bref susciter une émotion.

En parlant du cadrage, j'en ai presque eu la nausée. Les maquillages sont ridicules tant ils sont mal faits, les décors n'ont rien d'inquiétants. Suis-je une enfant du "gore" ? Suis-je devenue insensible à tout ? J'avoue m'être remise en question durant le film tant il suscitait peu d'émotions en moi...
Heureusement, les 20 dernières minutes font enfin monter un soupçon d'angoisse. Mais aussi le mal de crâne.
Entre les cris de Sally qui sont en non-stop et le bruit de la tronçonneuse (là pour couvrir les moyens limités qui n'ont pas permis une composition musicale pour le film), au secours !
Cependant, la folie de la famille de Leatherface est bien mise en scène, elle est inquiétante. Mais uniquement, je me répète, pendant les 20 dernières minutes, avec notamment la scène (culte ?) du dîner.

AllPour tous ceux qui se posent la question, ce film (ainsi que les suites et remake) n'est pas la retranscription exacte de faits réels mais juste une inspiration d'un tueur en série américain, Ed Gein.

Il est dit tueur en série nécrophile mais il n'a officiellement tué "que" deux femmes, meurtres pour lesquels il a été condamné. On a cependant retrouvé chez lui des restes provenant de corps si nombreux qu'il n'a pas été possible de les attribuer tous aux violations de sépultures dont il avoua s'être rendu coupable.

Élevé par une mère possessive qui le priva de tout contact avec les enfants de son âge, il lui vouait un véritable culte. Son frère Henry, qui ne partageait pas cette adoration et menait une vie plus normale, lui en fit souvent le reproche. Peut-être faut-il voir là la cause de son décès dans des circonstances étranges : il serait mort en tombant dans un feu de broussailles qu'il avait allumé lui-même et Edward, qui n'était pas parvenu à le retrouver, mena directement les secours à son corps lorsqu'il revint accompagné. Le frère portait de bizarres traces sur le visage, peu en rapport avec une mort par asphyxie.

Quelques années plus tard, alors qu'il avait 39 ans, le décès de sa mère lui apparut comme une véritable catastrophe. Livré à lui-même pour la première fois de sa vie il refusa cette mort et tenta tout son possible pour la faire revivre, en commençant par des incantations devant sa tombe qui ne produisirent pas de grands résultats. Il se mit alors à déterrer des cadavres et découpa leurs peaux pour se faire un « habit humain » de femme riche.

Il fut surnommé le boucher de Plainfield pour avoir assassiné deux femmes, dont Mary Hogan (dont on a retrouvé la tête chez lui, dans un sac de papier) et mutilé plusieurs cadavres qu'il avait déterrés. En fait, il a certainement beaucoup plus de victimes à son actif (dont son frère) mais son procès fut limité par souci d'économie, le comté dont il dépendait n'étant pas très riche et ne pouvant s'offrir un procès à plusieurs millions de dollars.

Il fut arrêté en 1957, fut inculpé après de terribles et macabres découvertes dans sa ferme (abat-jours, rideaux, gants, etc..., en peau humaine, cadavres et certains morceaux humains dans des bocaux notamment).


DinerPour en revenir au budget (150 000 $), il est possible, même avec peu d'argent, pour un réalisateur un tant soit peu consciencieux de faire quelque chose de bien. Ce n'est pas le cas dans ce film qui doit surtout sa notoriété à la censure dont il a été victime de nombreuses années (presque aussi interminable que l'oeuvre de Tobe Hooper puisqu'il n'est sorti qu'en 1999 au Royaume-Uni).

Le remake de 2003 s'avérait nécessaire pour faire quelque chose de potable et qui, pour moi, est bien au dessus de l'original (chose extrêmement rare). Il mérite tout de même d'être vu pour l'ambiance un peu malsaine réussie à la fin et pour ne pas mourir idiot.

On ne ressort pas de ce film complètement indifférent. Mais n'est pas Romero qui veut...

**********************************************************************************************************
Pour être au courant des dernières nouvelles, pensez à vous inscrire à la Newsletter ici.

Le site : http://www.01casting.com
Le Réseau : http://lereseau.01casting.com
Le Groupe Facebook : http://www.facebook.com/group.php?gid=6361834902
La Page Facebook : http://www.facebook.com/pages/01CASTINGCOM/187851747632
Sur Twitter : http://twitter.com/01CASTING_COM
Sur Myspace : http://www.myspace.com/01casting