"Le plus difficile est d'avoir des femmes qui soient formées. Le tout n'est pas d'avoir une jupe, c'est d'avoir quelque chose dans la tête." Déclaration où il devait a son tour porter une jupe lui aussi et donc selon son raisonnement ne pas utiliser son cerveau. Sur la deuxième marche du podium, la présence de l' humoriste Fabrice Eboue pour sa remarque dans l'émission populaire "T'empêches tout le monde de dormir : "Le féminisme, ce n'est pas seulement des femmes autoritaires ou des mal baisées, c'est aussi des lesbiennes." Tout en finesse ...

Et pour fermé la marche, le journaliste et publiciste François Cavanna, fondateur de la revue féminine Hara Kiri, s'est vu attribué la médaille de bronze pour son article dans Libération où, selon les « Chiennes de garde », il "a traîné dans la bouse" Ségolène Royal et Hillary Clinton et fait quelques remarques méprisantes sur le physique d’Hillary Clinton. Certainement de la jalousie ou de l' amour caché

Un homme d'église, un humoriste et un journaliste, voilà qui nous montres bien que le misogyne est présent partout et constitue un véritable fléau .... Rassurez vous mesdames et, bon, à part André Vingt-Trois qui a fait toute ses preuves en la matière, je suis sûr que Fabrice Eboué et François Cavanna sont des grands amoureux des femmes et comme on dit "qui aime bien, châtie bien" ...