... Mes oreilles ne t'entendent pas !

Aujourd’hui c’est avec une intense émotion que je vais vous parler du chef-d’œuvre incontesté de tous les temps. Une perle, un joyau, un diamant, la crème de la crème de la chanson française, j’ai nommé :

Fatal Bazooka !!! Ce groupe devenu légendaire grâce à l’immensité artistique de Mickaël Youn ! Et oui, notre petit prodige national est devenu grand virtuose de la chanson, depuis la sortie de son tout premier opus intitulé : "T’as vu".fatal_bazooka

Alors non seulement on a vu mon cher Mickaël, mais on a surtout entendu tous ces messages forts et poignants qui nous ont pris aux tripes, dès les premières sonorités de cet album d’exception!

Des textes d’une dimension orale remarquable, un phrasé unique et un lyrisme vocal à faire pâlir Baudelaire et Rimbaud.

Au menu des paroles, que du 1er choix...

  • En entrée : romantisme subtil et délicat. (Je cite)

-« Si t’es pressé, on fait ca sur le parking, - Ce sera tellement chaud, on va passer au zapping, - J’vais te démonter, comme une porte de camping »

  • Pour le plat de résistance : poésie sensuelle et raffinée.

-« Un homme à femme c’est un séducteur, une femme à H c’est une BIP, - un cochon c’est un mec sale, une cochonne c’est une BIP, - un allumeur ça allume le gaz, une allumeuse c’est une BIP »

  • Et en dessert : un vocabulaire éloquent, riche et d’une grande diversité.

-« j’aime trop ton boule, j’aime trop ton boule, j’aime trop ton boule de mec - j’aime trop ton boule, j’aime trop ton boule, j’aime trop ton boule de mec - j’aime trop ton boule, j’aime trop ton boule, j’aime trop ton boule de mec »

Fin de la dégustation.

A présent, il ne nous reste plus qu’à souhaiter une excellente digestion à l’académie française ; ainsi qu’à notre chère ministre de la culture, Christine Albanel, qui n’a plus de mouron à se faire pour les générations futures, puisqu’elles ont enfin trouvé en la personne de Mickaël, un vrai modèle auquel elles peuvent s’identifier.

Avec l’album le plus vendu de l’année 2007, Youn et ses acolytes ne sont pas près de se séparer, mettant ainsi à l’honneur cette expression française si cohérente et pleine de bon sens : On ne change pas une équipe qui gagne…beaucoup, beaucoup, beaucoup d’argent !

Parce que là où c’est très fort, c’est que Fatal Bazooka a tout de même réussi l’exploit d’engranger une véritable fortune, en se foutant ouvertement de la tronche des rappeurs français en particulier…ainsi que de celle de tous les français en général !!!

Une petite pensée à tous les artistes qui galèrent…